...  Soins animaliers et loi...

Soins animaliers, ce qui est autorisé :

La pratique de soins vétérinaires est interdite à toute personne n'ayant pas la qualité de docteur vétérinaire, c'est de l'exercice illégal de la médecine.

 

Même avec une autorisation d'exercer par la DDPP (Direction Départementale de Protection des Personnes) et l'obtention obligatoire de l'ACACED (Attestation de Connaissance des Animaux de Compagnie d'Espèces Domestiques), la reconnaissance du métier de Pet-sitter ne lui donne pas l'autorisation d'effectuer des soins vétérinaires notamment les injections.

 

Prenons le cas d'un animal diabétique, nécessitant l'injection quotidienne d'insuline : 

Des conséquences peuvent survenir après une injection, le diabète n'est pas à prendre à la légère. C'est un traitement très contraignant. L'animal peut faire une crise d'hypoglycémie. L'hypoglycémie est la complication la plus fréquente d’insulinothérapie lors de surdosage. Elle se caractérise par une faiblesse, un abattement et une fatigue anormale, des tremblements, une démarche vacillante et une incoordination motrice, des troubles de la vision, une désorientation et une anxiété, pouvant aller jusqu'à des crises convulsives, le coma puis la mort. 

Les soins autorisés :

  • Médication entérale : lorsque l'animal suit un traitement donné habituellement par son propriétaire que l'animal doit ingérer.

  • Gouttes dans les yeux ou les oreilles.

  • Soins de nettoyage de plaie si pas d'injection à réaliser.

  • 1er secours : Le rôle du Pet-sitter sera de Protéger l'animal, Alerter un vétérinaire, et l'y emmener si l'animal est transportable.

    • En cas de plaie : mise au propre et protection contre le lêchage, 
      éventuelle compression jusqu'à ce qu'un vétérinaire puisse consulter l'animal.

    • Prise de température/pouls, pour pouvoir donner l'indication au vétérinaire qui l'auscultera.

    • Pouvoir identifier les principales urgences vitales pour donner l'alerte :
      Etat de choc, Arrêt cardio-respiratoire, Détresse respiratoire, Coup de chaleur, Convulsions, Intoxication/Envenimation.

 

Extrait : « Art. L. 243-1. - I. - Pour l’application du présent chapitre, on entend par :

« - "acte de médecine des animaux" : tout acte ayant pour objet de déterminer l’état physiologique d’un animal ou d’un groupe d’animaux ou son état de santé, de diagnostiquer une maladie, y compris comportementale, une blessure, une douleur, une malformation, de les prévenir ou les traiter, de prescrire des médicaments ou de les administrer par voie parentérale*

 

*La voie parentérale peut désigner toutes sortes d'injections, à l'exception de la voie entérale, c'est-à-dire par le tube digestif. La voie parentérale englobe donc l'injection par intraveineuse (dans une veine), l'injection sous-cutanée (sous la peau), l'injection intradermique (dans le derme) et l'injection intramusculaire (dans le muscle)....

 

Source : L'acte vétérinaire